Sarah A. Swan - Holly Rain ...

Aller en bas

Sarah A. Swan - Holly Rain ...

Message  Invité le Lun 30 Jan - 15:51



Bannière créé par un blog qui n'existe plus... =(

Ceci est une fanfiction Harry Potter. J'adore le monde de JK Rowling et écrire en suivant son histoire me détend et m'amuse beaucoup. Les paragraphes où vous trouvez des *, ce sont ceux venant directement de ses livres.


Holly Rain apprend qu'elle est une sorcière, comme le célèbre Harry Potter. Elle découvrira son monde. Elle apprendra que ses parents ont fait un pacte avec le diable, et que s'il n'est pas tenu, qui sait où cela pourrait se terminer. Son coeur lui dictera des choix que la raison ne voudra pas faire, elle devra choisir... Ce qu'on dit à propos du bien et du mal, n'est pas forcément toujours vrai. Saura-t-elle faire face à l'adversité ? Saura-t-elle succombé pour le bon coeur ? Pourra-t-elle supporté le choix ?


Holly jouait dans le jardin de sa voisine. Elles étaient amies depuis leurs premiers pas et pourtant très différentes. Holly était petite, elle avait des cheveux courts châtain avec des reflets cuivrés. Ses yeux étaient grands et verts, mais quand le soleil manquait à l'appel, ils devenaient noisettes. Son visage d'enfant ne semblait joyeux uniquement quand elle était avec Luna, sa voisine. Au contraire, Luna était élancée et un peu plus grande que la petite brune. Elle était blonde avec de grands yeux bleus, interrogateurs et curieux. Il arrivait très souvent qu'elle racontait des histoires totalement loufoques à son amie. Les parents d'Holly, des sorciers du vieux-de-la-vieille, n'aimaient pas Luna et son père. Ils trouvaient qu'ils n'étaient pas assez bien pour leur fille et qu'elle devrait arrêter de jouer avec elle. Ils avaient même prévu de déménager, de partir loin de cette famille étrange. Au plus grand desespoir de Holly, ceci n'était pas une blague !

La petite brunette ne connaissait pas le monde, seulement son jardin et la forêt qui entoure sa maison et celle de la famille Lovegood. Elle appréciait beaucoup le père de Luna, malgré ses manies bizarres. Holly, qui passait son temps dehors avec Luna à rechercher d'étranges créatures dont même le nom lui semblait imprononçable, avait peur de rentrer un soir et de voir les valises, signe d'un déménagement précoce. Ce soir-là, quand Holly était sur le chemin du retour, elle aperçut un hibou voler jusqu'à la fenêtre de sa chambre qu'elle voyait d'où elle était. Elle pensait que cela était vraiment étrange, sa mère avait une peur bleue des oiseaux depuis que, à l'âge de 13 ans, elle s'était fait attaqué par une horde d'hirondelles. Elle couru jusqu'à la maison et, monta rapidement les marches pour arriver, finalement, dans sa chambre. Essoufflée, elle regarda autour d'elle et vit sur le lit, comme si elle avait été posée délicatement là, l'enveloppe. Elle s'empressa de l'ouvrir, elle ne jeta qu'un bref coup d'œil sur l'adresse :

« Holly Rain,
La Maison Tordue,
La chambre sous le toit. »
Holly, ne comprit pas tout de suite ce que cela signifiait. Une lettre d'école, une liste de fournitures... Ses parents n'avaient jamais vraiment expliqué qu'elle irait dans une école. Ils avaient commencé son éducation en terme de magie, ils avaient parlé d'une école, sans la citer. Ils répétaient sans cesse qu'elle saurait tout au moment voulu, mais en fait, ça lui était égal. Elle descendit les escaliers, cette fois elle prit son temps, et rejoignit ses parents. Sa mère était en train de préparer le dîner, bien que dans les familles sorcières ce ne soit pas le même procédé que pour les moldus.

Elle avait de très longs cheveux noirs qui caressaient ses hanches. Elle était ronde, son visage arrondi n'avait pas l'air commode. Elle souriait rarement. Mais sa bouche s'étirait lorsque son mari l'appelait avec une voix tendre et suave par son prénom complet : Margaret Karen Rain. Elle disait que ça lui rappelait le jour de leur mariage. Le père d'Holly, quant à lui, était élancé et froid. Il avait des cheveux blonds vénitiens et des yeux verdoyants. Il semblait dur et méchant, mais des deux, il était le plus tendre et le plus sentimental. Quand il marchait, il boitait. Pavel Roy Rain n'avait jamais expliqué à sa fille pourquoi, car il lui arrivait très rarement de parler de son passé. Par ce fait, Holly ne connaissait pas l'histoire de ses parents.

Lorsqu'elle arriva à leur hauteur, elle toussa pour attirer leur attention et annonça :

- J'ai reçu une lettre de Poudlard.

La nouvelle pris quelques secondes avant d'avoir l'air d'être entrée dans l'esprit de ses géniteurs. Ils la regardèrent inquiets et souriants. Sa mère s'arrêta et annonça :

- Bien ! Nous avions peur que tu ne la reçoives jamais...



Holly observait ses parents sans comprendre. Son père prit la parole et déclara avec sa voix tendre et froide à la fois qu'ils pensaient qu'elle n'avait pas de talents magiques, car elle se comportait bien souvent comme une moldue, mais que c'est une crainte fondée qui arrive à beaucoup de parents sorciers. Il expliqua par la même occasion l'histoire de Poudlard, ses quatre maisons, ses salles, ses escaliers, ses professeurs et son directeur. Elle écoutait attentivement pendant que sa mère continuait la préparation du dîner. Quand il eut fini son récit, il était temps de se mettre à table. Alors, sa mère raconta sa jeunesse dans cette école :

- La première année a été dure pour moi. Lors de la cérémonie du Choixpeau, je devais faire honneur à mes parents et n'avait qu'une idée en tête : finir dans la même maison qu'eux. L'année suivante, j'ai rencontré un garçon qui s'appelait Lucius. Il avait beaucoup de charme et était très beau. Il était mon meilleur ami. Nous avons passé notre scolarité ensemble et c'est lui qui m'a présenté ton père. Pavel était dans la même maison que nous, mais il était très timide à l'époque. C'est quand il s'est défendu des moqueries d'élèves d'une autre maison et qu'il a envoyé un sortilège très puissant que nous l'avions remarqué. Puis, il y a eu la guerre. - Sa mère soupira, mais pas de ces soupirs mélancoliques, elle soupira comme si l'époque lui manquait, cet instant qu'elle considérait comme le meilleur s'était envolé pour son plus grand malheur. - La guerre, nous étions si près du but... Lucius et moi étions ensemble quand le Seigneur des Ténébres est tombé. C'est après ça, et en partie à cause du mariage, que nous nous sommes perdus de vue. Et pourtant, le pacte tient toujours.

Son père mangeait en silence. Il n'avait pas interrompu le discours de Margaret et ne l'écoutait que d'une oreille. Holly, elle, écoutait sans en perdre une miette. Sa mère ajouta avec cet air sévère qu'elle prenait quand les choses devaient être bien faites :

- Tu dois nous faire honneur et finir dans la même maison que nous. Sinon, le pacte mourra... Et tu me décevras tellement...
- Maman, quelle était ta maison alors ?
- Peu importe, tu iras dans la maison où tu seras acceptée, coupa son père.

Le repas se termina dans un silence tendu.

Le lendemain, Pavel et Margaret emmenèrent leur fille sur le chemin de Traverse afin d'acheter les fournitures dont elle aurait besoin pour son année scolaire. La famille avait reçu de riches héritages et était aisée. Ils achetèrent tout ce qui pouvait être de meilleur qualité. Holly s'émerveillait du spectacle qui s'offrait à elle. Les allées étaient sombres et éclairées à la fois, les magasins renfermaient tout un tas d'objets étranges et intéressants. Holly attarda son regard sur un petit garçon maigre, aux cheveux noirs et avec de grandes lunettes. Lui aussi semblait émerveillé. Il était accompagné d'un homme gigantesque et poilu, sa frimousse faisait rire Holly... Car il avait l'air dur et méchant, mais il s'occupait du petit garçon avec beaucoup de tendresse.

Ses parents l'emmenèrent chez Olivander. Il était temps pour elle d'acheter sa propre baguette. L'homme lui expliqua tout un tas de trucs et de choses, la baguette choisit son sorcier et non l'inverse... Elle ne comprenait pas tout, mais elle souriait en hochant la tête. Il lui prit quelques mesures et marmonnait quelques mots en allant chercher une boîte. Il fit cette expérience plusieurs fois, et plusieurs fois, la petite Holly secouait des baguettes qui crachait des filets étranges.

- Voilà, chère enfant, essayait donc celle-là : Bois de charme, 26.75 cm, une plume de phénix et une souplesse étonnamment sifflante.

Holly ne comprenait encore moins ce que cela siginifiait, mais quand elle prit la baguette dans sa petite main, elle semblait beaucoup plus docile que les autres. Elle lâcha même quelques éclairs verts, comme si elle semblait heureuse d'avoir attéri dans cette main-là.

L'homme semblait heureux et ses parents aussi. Alors elle ne releva pas son ignorance.

Une fois rentrée, elle empaqueta ses nouveaux livres, son chaudron et tout le reste et emballa précieusement la baguette magique. Puis, elle s'empressa de courir à travers la petite forêt, afin de voir sa meilleure amie : l'énigmatique Luna.

Comme à son habitude, la douce blonde était dehors. Elle semblait chercher quelque chose avec une grosse loupe.

- Luna ! Luna ! Tu ne devineras jamais ! Enfin ! Si tu devineras ! Toi aussi, non ? criait Holly.

Luna ne comprenait rien. Elle regarda son amie et lui demanda des explications. La brune s'exécuta et raconta tout ce qu'elle avait fait et appris durant ses quelques jours. Puis, voyant l'air attristé de son amie, elle repensa à l'air réjoui de ses parents quand elle leur annonça en franchissant la porte où elle se rendait.

- Tu ne l'as pas reçu ? Tu ne viendras pas avec moi ? demanda Holly.
- Non, je suis encore trop jeune. Mais nous nous retrouverons l'année prochaine, répondit tristement Luna.

Elles sentirent leurs cœurs se serrer, le départ était pour demain. Mais elles décidèrent par un accord silencieux de profiter de ce moment afin de le conserver pour une année, comme une sucrerie et de le goûter à nouveau quand la peine les gagnera.




Le lendemain, Holly se rendit dans une gare moldue. Elle vit plein de sorciers et sorcières, cela l'étonna puisqu'elle n'en avait jamais vu autant auparavant. De loin, elle apperçut le garçon du Chemin de Traverse. Il avait une valise aussi grosse que la sienne et au-dessus était perchée une cage où une chouette blanche était secouée. Holly ne cessait de penser : quel magnifique oiseau ! Il avait l'air perdu et regardait un peu partout, la fillette l'observait et l'envie lui prit de lui montrer où était le chemin. Mais ses parents la tirèrent sur un quai. Ils dépassèrent une famille où parents et enfants avaient les cheveux roux, puis arrivèrent enfin sur la voie 9 3/4. Elle suivait ses parents qui marchaient droits et fiers cependant, certaines personnes les regardaient avec un air méfiant voire même rempli de haine. Holly ne comprenait pas pourquoi, mais elle pensa à noter la question afin de leur demander. Perdue dans ses pensées, elle sursauta lorsqu'elle entendit sa mère crier pour couvrir les bruits qui les entouraient :

- Lucius ! Toi ici ?

Elle semblait illuminer d'une lumière nouvelle. Elle avait l'air heureuse, comme si elle ne l'avait jamais été. Et Holly pu enfin apercevoir ce Lucius, dont sa mère avait probablement été amoureuse. Alors qu'elle levait le regard pour voir cet homme imposant, charismatique et froid, elle entendit sa mère affirmer :

- Ton fils te ressemble vraiment ! Il a le même regard que toi, la même expression.

Le fameux Lucius souriait poliment mais quand il entendit cette phrase, son sourire se fit fier. Il répondit par des courbettes polies à Margaret, sa voix d'acier grinçait. Puis Holly posa son regard sur le fils, il la regardait avec un sourire hautain. Elle ne put s'empêcher de sourire, de ces sourires naturels et moqueurs qui ne se retiennent pas.

- Margaret, laisse-moi te présenter mon fils : Drago.

Drago prit un air poli et serra la main des parents de Holly, tout en jetant un regard en coin à cette dernière, qui se présenta à lui.

Puis, les au revoir lancés à la fenêtre comme un envol de colombes, pour Holly, ils ont été rapides, pressés, presque comme enlever un pansement, ils étaient sans douleur. Et lorsqu'elle vit ses parents partir, Holly se sentit enfin libre. Elle laissa s'échapper un soupir, qui fit sourire Drago.

Ensemble, ils trouvèrent un compartiment. Holly regarda par la fenêtre et vit la famille de roux parler, pleurer, rire... C'est donc à ça que ressemble un véritable au revoir ? Sur cette pensée, Holly se laissa bercer par le ronronnement du train et s'endormit.



Le train commençait à perdre de la vitesse. Ils avaient revêtus leurs robes de sorciers et une certaine excitation régnait dans les wagons. Lorsqu'il s'arrêta, les élèves descendirent rapidement de ce dragon de ferrailles qui les retenaient prisonniers. Le vent ébouriffa les cheveux d'Holly, caressant son visage, cela la fit sourit. Elle entendit une grosse voix appeler les premières années, les yeux grand ouverts, les oreilles attentives, elle se dirigea vers le géant qu'elle avait aperçu au Chemin de Traverse. Elle remarqua que l'un des rouquins était là, avec le garçon à lunettes. Drago regardait déjà les autres comme s'ils étaient ses esclaves. Elle suivit le groupe et entendait les diverses conversations.

Les premières années se rendaient au Château sur des barques, Holly rejoignit Drago ainsi que deux autres garçons. Ils s'appelaient Crabe et Goyle, et ils étaient très grands et semblaient forts, pour des enfants de cet âge-là, c'était presque effrayant. Ils traversèrent une sorte de lac, Holly s'imprégnait de tout ce qui l'entourait. Et elle trouvait même que la voix grinçante du petit Drago devenait agréable. Elle arrêta un instant son regard sur lui, et quand il l'aperçut, il ne sembla ni amicale, ni tendre :

- Qu'est-ce qu'il y a ? Tu veux mon portrait ? Mon père dit que ta mère était folle de lui, n'essaie même pas de faire pareil !

Holly se sentit vraiment honteuse ! Si l'eau qui l'entourait n'avait pas l'air de dévorer ce qui plonge à l'intérieur et qu'elle aurait été moins terrifiée, elle s'y serait probablement plongée pour éviter cette honte ! Les deux garçons avaient explosé de rire et félicitait grassement ce "Malefoy". Perturbée, Holly n'osait riposter, en même temps, elle n'aurait su quoi répondre. Une fois à terre, elle s'enfuit en courant bousculant au passage un garçon un peu empotée, qui tenait à la main un crapaud. Le garçon le lâcha et certains l'entendirent pleurnicher : "oh non ! Encore !"

Holly arriva à la hauteur du garçon roux et de celui qu'elle avait vu au Chemin de Traverse. Discrètement, elle écouta leur conversation, tandis qu'ils entraient dans le château. Là, une dame à l'air sévère qui s'appelait Professeur McGonagall leur présenta les quatre maisons et fit un petit discours qu'Holly n'écoutait que d'une oreille.

- Comment font-ils pour nous sélectionner ? demanda le garçon aux cheveux noirs au roux.
- J'imagine qu'ils vont nous faire passer des tests. Fred m'a dit que ça faisait très mal, mais je crois que c'était pour rire.

Holly eut un petit sourire nerveux. Ses parents ne lui avaient pas parlé de ça... Pourquoi ? D'ailleurs ses parents ne lui avaient pas parlé de grand chose !

Il y eu du mouvement quand deux fantômes traversent la pièce. Ils s'arrêtèrent un instant pour discuter, et Holly les observait flotter gracieusement dans les airs. Fascinée, elle ne pouvait décrocher son regard de ces personnages translucides et... Morts. Elle entendit ricaner, mais ne releva pas.

Le Professeur McGonagall revint et fit entrer les nouveaux arrivés dans la Grande Salle. Elle déposa un chapeau de sorcier sur un tabouret, qui lui aussi se mit à discourir. Pour le plus grand malheur de Holly qui n'arrivait pas à se concentrer ! Elle observait tout autour d'elle. Elle vit des jumeaux au cheveux de feu qui brulaient d'envie de faire les pitres. Un professeur aux cheveux noirs et gras regardait la scène avec un regard noir, tandis qu'une autre ressemblait à un chou qui n'avait qu'une envie : rire ! Elle n'écoutait pas la chanson du chapeau, elle n'avait que son regard pour découvrir son nouvel environnement. Des fantômes passaient, un vieil homme grincheux et son chat était tapis dans un coin sombre...

Holly sursauta ! Toute la salle applaudissait ! Le chapeau était redevenu silencieux, et le garçon aux cheveux rouges murmurait à l'autre :

- Alors il suffit de porter le chapeau ! Fred m'avait parlé d'un combat avec un troll... J'ai bien envie d'aller lui casser la figure !

Le garçon aux cheveux noirs se mit à sourire, il avait un beau sourire pensa Holly. Le professeur appela les élèves par ordre alphabétique et le chapeau leur assignaient des maisons. Holly repensait à ses parents, et ce que sa mère avait dit : il lui fallait atterrir dans la maison qui leur ferait honneur, peut-être était-ce la même que cet insolent Drago ? Elle ne l'espérait pas, même si elle ne savait pas dans laquelle il serait placé.

- Finch-Fletchey, Justin !
- POUFSOUFFLE !
- Granger, Hermione !
- GRYFFONDOR !

Les noms continuaient d'être appelé, jusqu'à Malefoy. En entendant ce nom, Holly eu un haut-le-coeur, alors enfin, elle saurait. Elle fut prise de panique...

- SERPENTARD !

Elle pensa : "et on dit que ce sont les pires sorciers, adeptes de la magie noire qui vont là... Ce n'est pas possible !"

Plongée dans ses pensées, elle n'entendit pas tous les noms qui suivirent, mais retint celui-là :

- Potter, Harry !

Le garçon du Chemin de Traverse lança un regard à son ami au visage niais et parti en direction du chapeau. C'était donc lui, le fameux Harry Potter dont avait parlé sa mère ? "Le minable bébé qui a réussi à détruire tant de vies, qui a barré d'une croix son amour de toujours mais permis de signer le pacte dont elle ne faisait que nommer sans expliquer", c'était donc ce petit garçon tout frêle ? Elle le suivit du regard, il semblait gêné et pas à son aise. Et sans le vouloir, son regard se posa sur Drago, il avait pris un air haineux qui lui déformait le visage. Son père lui avait certainement aussi dit de détester le petit Potter ! Elle rit à cette pensée, et l'ami de Harry se retourna et la fixa d'un mauvais oeil. Son visage avait légèrement verdit, c'était très étrange et laid !

- Rain, Holly !

Holly sentit son ventre se serrer. Elle se sentit s'écraser sous le poids de quelque chose de très lourd ! Elle prit le chapeau, tremblante, et le posa sur sa tête. Une douce voix vint lui caresser les oreilles, ça aurait pu la calmer si elle n'avait pas eu l'impression de mettre sa vie en jeu...

- Hé bien ! Où vais-je pouvoir te mettre, toi ? Je vois ta malice et que toujours tu arrives à tes fins. Serp...
- Non ! Holly se semblait obliger de l'arrêter dans sa réflexion... Je dois finir dans la maison de mes parents, mais être mauvaise ou être qualifiée comme telle, non je ne le veux pas ! Pas Serpentard.

Elle avait débité cette pensée sans réfléchir, elle lui était sortie et il semblait que le Choixpeau réfléchissait.

- Si tel est ton choix... POUFSOUFFLE !

Holly retira le chapeau et sans un regard aux autres, s'en alla directement à la table de sa maison. Sa mère serait-elle fière alors ? Elle en doutait fortement, et ça lui faisait vraiment peur.

Le repas eu lieu, dans une bonne ambiance. Le directeur précisa quelques règles et Holly fit la connaissance de ses nouveaux camarades. Puis le préfet emmena les premières années au dortoir. Holly se coucha rapidement et s'endormit profondément. Trop fatiguée pour penser encore !

Le lendemain matin, à l'heure du déjeuner, elle reçut un courrier. Une lettre de sa mère accompagnée d'une de son père, elle avait peur de leurs réactions, et cela l'empêchait d'ouvrir son courrier.



Les élèves étaient heureux, le courrier était arrivé ! Holly regardait ses deux lettres et ne savait pas par laquelle commencer. Sa mère, certainement déçue comme d'habitude, devait lui reprocher tout ce qu'elle avait fait. Contrairement à son père qui devait la féliciter. Elle ne savait pas quelle lettre ouvrir en premier. Elle eut une pensée pour Luna, elle ne saurait probablement pas avant les vacances comment s'était passé les cours, étant donné que ni l'une, ni l'autre n'avait de hiboux. Mais Luna lui aurait surement conseillé de lire la mauvaise nouvelle avant la bonne. Et sur ce conseil imaginé, elle ouvrit la lettre de sa mère.

" Holly,

J'espère que tu es fière de toi ! Tu viens de briser le pacte ! Il va falloir que je négocie à nouveau le contrat ! Mais ce sera très dur, et l'honneur de la famille est peut-être en danger. Poufsouffle ? Tu n'as pas honte ! Tu aurais pu tomber dans une maison plus respectée, mais non... Il faut que tu tombes dans le fin fond, t'enfonces dans la boue ! J'aurais honte à ta place ! Je me cacherais pendant une semaine pour pleurer ! Tu viens de gâcher ta vie.

Tu pourrais prendre exemple sur le fils de Lucius. Il est brave, c'est un bon garçon. Malheureusement, tu ne peux que prendre exemple, car il ne se liera jamais d'amitié avec une fille comme toi ! Tu pourras certainement trouver un pauvre et simple garçon, mais ta vie sera minable... Comme celle de ton amie bizarre de l'autre côté de la forêt. Nous avons été tendre avec toi, mais maintenant, ce sera terminé. Je vais prendre ton avenir en main, puisque tu ne sais pas le faire toi-même !

Je vais t'apprendre une chose, la vie n'est pas aussi simple que tu peux le croire ! Et à cause de toi, tout ce que nous avions prévu pour toi peut tomber à l'eau ! Tu ne nous as jamais assez écouté, mais maintenant, il va falloir faire ce qu'on te dit ! J'espère au moins que tes notes seront les meilleures !

Et rappelles-toi, prends exemple sur Drago !

Margaret Karen Rain"

Ses yeux se mirent à brûler férocement. L'écriture carré et rigide de sa mère prenait voix et lui parlait. Les mots lui semblaient douloureux. Sa mère n'aimait jamais ce qu'elle faisait ! Pour elle, Luna ne devait pas faire partie de ses connaissances. Passionnée par les mondes qui l'entourent, sa mère refusait catégoriquement de lui en parler. Sa mère, cette femme froide et triste... Elle ne l'avait vu sourire qu'une seule fois, c'était au départ du Poudlard Express quand elle vit Lucius Malefoy, mais son sourire disparut bien vite quand sa femme arriva. Malgré tout, elle se sentait bien dans cette maison, cette ambiance amicale mais méfiante que dégageait les Poufsouffles. Elle entreprit alors de lire la lettre de son père, espérant qu'elle lui remonterais le moral... Elle ouvrit l'enveloppe et y découvrit l'écriture arrondie de son paternel :

" Ma Chère Holly,

Je suis fière de toi ! J'espère que le voyage n'a pas été trop difficile à côté de ce blondinet de Malefoy.

Ne t'inquiète pas pour ta maison, ça lui passera ! Il n'y a pas de honte à avoir, je suis sûre que tu t'es déjà fait de nouveaux amis et que tu es très heureuse ! Tu as toujours su t'adapter, alors n'aie pas peur ! Et saches que si tu n'as pas fini dans la maison que ta mère souhaitait, c'est-à-dire Serpentard, c'est que tu risques d'améliorer tes conditions de vie !

Il est probable, qu'elle te menacera sûrement avec son histoire de pacte, mais saches, ma chérie, que ce n'est pas grave ! Au contraire, tu t'ouvres de nouveaux horizons, toi qui aime apprendre de nouvelles cultures, fais-toi des amis !

Profites de ton année, à tout bientôt !

Ton papa qui t'aime. "

Holly retrouva son sourire ! Elle pensa à ce fameux pacte. Il était lié par des mots qui n'amenait qu'à une seule personne capable de pouvoir la renseigner, pensant que par le même biais, elle pourrait apprendre à connaître ses parents qui ne lui avait jamais véritablement expliqué qui ils étaient. Elle se leva et quitta la Grande Salle, elle avait cours de métamorphose avec les Serpentards.

Traversant les différents couloirs, croisant deux garçons identiques aux cheveux de feu qui lui firent un sourire en coin, évitant les attaques de Peeves, entendant les diverses conversations d'élèves de tout âge, frôlant un garçon plus âgé que lui qui était à Poufsouffle aussi, elle arriva enfin devant la classe. Drago était là, seul. Elle en profita pour essayer de discuter, ne serait-ce que quelques mots :

- Salut Drago !
- Mon père m'a dit...
- Tu fais toujours ce que te dit ton père ? Tu ne fais que parler de lui, penser par lui... T'es un vrai fils à papa !

Drago semblait un peu désemparé. Normalement, on ne lui répondait jamais, il aimait la façon dont son père se faisait respecter, et il aimait beaucoup l'imiter pour revivre cette sensation.

- Est-ce que ton père t'a déjà parlé d'un pacte, Malefoy ?
- Oui, mais je ne dois pas dire ce que ça signifie, répondit-il naturellement avec une moue d'ennui peinte sur le visage.
- Donc, tu le sais ?

Soudain, un sourire ironique et un air sadique illumina son regard, il savait. Et il pourrait jouer au chat et à la souris avec l'ignorance d'Holly. A son regard, elle comprit, malheureusement pour elle !


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarah A. Swan - Holly Rain ...

Message  Invité le Mar 7 Fév - 19:42


Le jeune Drago ne la quittait pas des yeux, il voyait bien qu'elle réfléchissait et ne savait plus quoi penser. Sa voix glaciale le surpris malgré lui :

- Tu aurais dû finir à Serpentard. Pourquoi...
- Je suis à Poufsouffle ? questionna Holly, et sans lui laisser le temps, elle répondit :
- Je n'ai pas envie de ressembler à ma mère.

Les cheveux blonds, presque pures, les yeux aciers glissaient sur le visage d'Holly, un large sourire se dessina sur ses lèvres, du soulagement.

Le professeur Mc'Gonagall, une grande dame à l'air pincée apparue. Sa robe noire dansait autour d'elle, et malgré son air sévère, Holly trouvait qu'elle était aussi gracieuse qu'un chat. La leçon commença, et Holly écoutait attentivement cette femme si sérieuse. La métamorphose, changer un objet en un autre, ça devait être bien utile ! La matinée passa, et le premier jour s'écoula. Holly, n'étant pas du tout sociable et préférant la solitude n'avait pas dit un mot surtout depuis la conversation qu'elle avait eu avec le petit Serpentard. Le lendemain, après le déjeuner, elle avait cours de défense contre les forces du mal avec les Gryffondors. Elle aperçut très rapidement le garçon qui faisait chuchoter tout le monde et se faisait montrer du doigt dès qu'il passait. Elle repensa à ce que sa mère lui avait dit, mais ne comprenait pas pourquoi les gens semblaient tant l'admirer. Le garçon à côté était grand, un air niais, un simple regard et Holly avait envie de rire face à son air pataud.

Elle était seule, appuyée contre un mur en face de la porte de classe, un air songeur qui l'emmenait voir sa meilleure amie. Elle ne cessait de penser que si Luna était là, au moins elle ne serait pas seule. Elle ne remarqua pas tout de suite le garçon qui s'était agenouillé en face d'elle, et quand elle sentit quelque chose la chatouiller, elle fit un mouvement trop brusque ! Un cri de douleur, une plainte presque muette... Personne ne l'aurait remarquer si Holly n'avait pas hurler à sa place.

- Je suis désolée ! Je ne voulais pas te blesser, je ne t'avais pas vu ! Pourquoi ? Qu'est-ce que...

Holly prononçait des mots, des phrases à la chaîne sans s'arrêter, il aurait été presque impossible de comprendre tout ce qu'elle disait. Le petit garçon semblait très gêné, et tous les autres observaient cette fille qui hurlait ses excuses et ce garçon maladroit.

- Je m'appelle Neville, bredouilla-t-il quand les regards furent dissipés.
- Moi c'est Holly, encore désolée... soupira-t-elle dans un murmure.
- Ce n'est pas grave.

Et le garçon s'en alla, sans se retourner. La classe s'ouvrit, les élèves s'y engouffrèrent, intrigués et impatients de commencer leur première leçon de cette matière. Holly se plaça en queue de fil et vit, au loin, une fille, longue chevelure broussailleuse, un air de je-sais-tout. Le nez dans un livre, elle ne faisait pas attention où elle allait.

En sens inverse, l'un des énormes garçons de la barque et ami de Drago courrait à toute vitesse, probablement en retard. Dans sa course, il eut soudain un sourire machiavélique et dévia de peu sa course. Holly n'eut pas le temps de crier, de faire quelque chose que la collision eut lieu ! Les livres volèrent, la fille arrêta enfin sa course au sol. Et le garçon n'avait l'air aucunement touché et continuait sa course, un air satisfait. Immobile pendant quelques instants, Holly n'osait bouger, silence inquiétant. Personne d'autre ne semblait avoir remarquer ce qui c'était passé, ils étaient déjà tous à l'intérieur de la classe. Puis, la fille, à terre, bougea et laissa s'échapper une plainte. Holly accourra pour l'aider à se relever et ramasser ses affaires.

- Est-ce que ça va ? demanda Holly inquiète à la fille qui semblait appartenir à la maison de Gryffondor.
- Oui, merci...
- Je m'appelle Holly, annonça la jeune Poufsouffle avec un grand sourire qu'elle voulait amical.
- Moi c'est Hermione, répondit l'autre un peu stressée d'être en retard.

Hermione semblait tout à coup plus sûre d'elle, elle avait un petit air de général qui exaspérait déjà Holly. Elle commença à parler de choses et d'autres de l'histoire de Poudlard, tout ça pendant qu'elle se relevait, et Holly pensa que si elle était professeur d'histoire de la magie, elle serait même pas plus intéressante que son maître actuel.

Finalement, elles entrèrent en classe. Un peu trop en retard, mais le professeur qui faisait le pitre ne releva pas ! Une odeur d'ail envahit les narines des jeunes filles. Un sourire complice, la même pensée peut-être... Le cours prit rapidement une allure vacancière et clownesque, Quirrell (le professeur) était loin d'être crédible. Il racontait des histoires sans queue ni tête, parlait de vampire... Voilà certainement la raison de l'odeur pestilentielle qui régnait dans cette classe. Et finalement ce fut la fin, mais pas pour le meilleur...

Holly devait se rendre au cours de potion. Le professeur semblait déjà prêt à faire souffrir les premières années. On disait que les seuls élèves qui étaient choyés avec lui étaient les Serpentards. Le regard noir, tout comme ses cheveux, le corps droit et rigide, il parlait avec froideur et d'une voix traînante. L'endroit était aussi froid et effrayant que le professeur. Le silence régnait dans la classe et qui aurait envie de perturber le discours de cet homme. Puis un exercice pratique, si on peut dire cela comme ça. Rogue tournait à travers les groupes et lançait à tout-va des remarques désagréables. Quand il s'arrêta devant Holly, sa grandeur l'intimidait. Il avait une présence que personne n'aurait pu nier. Il regarda la potion d'un air dédaigneux mais n'ajouta pas un mot, comme si son sac de méchanceté s'était soudainement vidé. Le temps passa lentement et à la fois si vite. Quand le cours de potion fut enfin terminé, les élèves sentirent comme une pointe de soulagement réchauffer leurs corps.

Holly sortait de la classe, se dirigeant directement dans sa salle commune. Elle n'aimait pas être entourée, elle ne se sentait pas à sa place. Se faufilant entre les différents groupements d'élèves, évitant de foncer dans trois personnes différentes, et esquivant un fantôme qui passait par là, alors qu'elle arrivait à l'escalier qui la conduirait enfin dans un coin tranquille, elle entendit quelqu'un l'appeler...



Holly se retourna lentement pour voir qui l'avait appelé. A son plus grand regret, il s'agissait de Drago. Son regard méprisant et froid lui transperça le corps... S'il avait eu les cheveux noirs, elle aurait parié qu'il était le fils du professeur Rogue. Il s'avança vers elle, d'un pas déterminé et conquérant, un sourire triomphant.

- Veux-tu toujours connaître les closes du pacte ?

Holly n'y réfléchirait pas à deux fois, et elle acquiesça très rapidement d'un signe de tête.

- Si tu veux savoir, il va falloir que tu fasses une chose pour moi, murmura-t-il. Mon père sait de quoi il s'agit, et je peux te le prouver. Mais pour que je t'offre cette information, il te faut faire quelque chose pour moi.

Elle fixait son regard océan glacial et espérait qu'elle ne ferait pas une erreur en acceptant. Il continua son explication en insistant sur le fait qu'elle lui devait fidélité. Que ce qu'il l'enverrait faire devait rester secret et qu'elle devait se plier à ses règles. Sans réfléchir, elle accepta. Sa curiosité avait été piqué au vif, il lui fallait une réponse. Il se figea et d'un trait, dans un soupir, il articula :

- Rapproches toi de Potter, trouves ces points faibles, et une grimace de dégoût traversa un instant son visage.

Une voix lointaine coupa leur rencontre :

- Holly ? Rain Holly ?

La fillette se retourna et fit face à un petit garçon de première année et de Poufsouffle lui aussi. Il lança un regard noir et sombre à Drago, pris Holly par la main et la tira vers les escaliers. Elle le suivit, ne voulant pas éveiller d'éventuel soupçon sur les manigances du jeune Serpentard.

- Il t'embêtait ? On dit qu'il n'est pas très commode ce Malefoy, dit-il.
- Oui, mais je sais me débrouiller seule, répondit-elle un peu sur la défensive.
- Je n'en doute pas ! Au fait, je m'appelle Justin. Finch-Fletchey Justin.
- Enchantée ! Mais comment tu connaissais mon prénom ?
- Je reconnais facilement les gens, et j'ai appris un peu tous les noms de ceux de ma maison.

Ils arrivèrent enfin devant l'entrée de leur salle commune. Après avoir fait le nécessaire pour entrer, c'est un code plutôt compliqué jonglé entre les tonneaux qui camouflent l'entrée et un mot de passe. Il fit signe à Holly de la suivre et lui présenta d'autres élèves :

- On a remarqué que tu étais souvent seule, je m'appelle Ernie, se présenta un petit garçon à l'air noble. Voici Hannah, dit-il en désignant une fille blonde au sourire cristallin.
- Moi c'est Susan, si Ernie t'ennuies, dis-le ! Car il ne s'arrêterait pas de parler, se moqua une autre fille.

Une fois les présentations faites, ils restèrent un moment ensemble, à faire les derniers devoirs que leur avait donné un professeur peu sympathique. Ils rirent ensemble tout en faisant connaissance et en mangeant des bonbons aux goûts variés et étranges. L'espace d'un instant, Holly oublia le pacte, les Serpentard, sa mère, et les idées tordues de Drago. Elle se sentait détendue et heureuse, comme quand elle était avec Luna dans la forêt à rechercher des créatures dont personne n'avait jamais entendu parlé. Une heure ou deux défilèrent et les enfants se décidèrent enfin à aller se coucher. Les filles descendirent ensemble dans leur dortoir. Holly avait un lit près de la fenêtre et les deux autres étaient, en fait, les lits à côtés. Mais Holly ne les avait pas encore remarquées.

Le lendemain matin, le soleil caressait le visage d'Holly et la journée allait débuter doucement. Elle n'oubliait pas sa conversation avec Malefoy, mais comment allait-elle faire maintenant qu'elle était avec les autres Poufsouffle pour se rapprocher du célèbre Harry Potter ? La nouvelle équipe de choc de Poudlard, Hannah, Susan, Holly, Ernie et Justin montèrent dans la grande salle ensemble. Ils s'assirent à la table jaune et noire et commencèrent à manger, une longue journée les attendait.

Ensemble, ils se rendirent à la classe de Défense contre les Forces du Mal.

- Mais l'odeur de cette classe est juste insoutenable ! se plaignit Ernie.
- Et Professeur Quirell est vraiment bizarre, ajouta Susan.

Holly ne voulait pas faire de remarques. Et Hannah était penchée sur des notes qu'elle avait prises, et marmonnait des bribes de phrases. Ils arrivèrent devant la classe et là, Harry et son ami était en pleine discussion. Holly n'arrivait pas à se rapprocher d'eux, de lui parler, de lui poser juste une ou deux questions afin de pouvoir remplir sa mission. Les jours s'écoulèrent, et le même schéma se répétait. Il restait inaccessible, et elle commençait à désespérer. Un jour, alors qu'elle l'avait encore croisé une bonne dizaine de fois mais n'arrivait pas à se détacher de son groupe ou lui du sien, elle alla s'exiler un instant dans le parc. Elle avait besoin d'être seule, et apparemment elle n'était pas la seule.


Les cheveux noirs en batailles, de grandes lunettes cachant des yeux verts, et une cicatrice ornant son front... Holly n'osait pas y croire ! Il était seul, enfin seul ! Elle pouvait l'approcher, lui parler, le connaître... Pour ainsi connaître son passé ou son futur ! Il marchait en donnant des coups de pieds dans des cailloux, la lune allait les rejoindre, il arriva à sa hauteur.

- Salut ! Lança Holly assez fort pour qu'il l'entende et s'arrête.

Arrivé à sa hauteur, le fameux et célèbre Harry Potter la regarda, un air méfiant peint sur son visage, elle lui lança un sourire amical qui fut convaincant.

- Tu n'es pas avec ton ami ? Demanda-t-elle.
- Non, il ne se sent pas très bien... Je peux ? lui demanda-t-il en montrant du doigt le banc sur lequel Holly était assise.
- Bien sûr ! Je m'appelle Holly et toi ? C'est Harry ?
- Oui c'est moi, dit-il sur un ton mélancolique.
- Tu n'as pas l'air d'aller, il y a quelque chose qui te tracasse ?

Le garçon regardait autour de lui, soupirait, souriait, tordait ses doigts et les crochait entre eux... Holly vit la peine dans son regard, mais beaucoup de doutes et de force aussi.

- Ce ne doit pas être facile d'être l'élève le plus populaire de l'école... hasarda Holly.
- Ce n'est pas insupportable, c'est juste très différent d'où j'étais avant, répondit Harry.
- Si différent que cela ? s'étonna la petite Pouffsoufle.
- Je vivais chez mon Oncle et ma Tante, des... Des moldus. Et ils ne sont pas toujours très tendre avec moi.
- Oui, mais ici tu attires beaucoup d'admiration, et tu en auras toujours autant, non ?
- Je ne sais pas vraiment pourquoi, je n'ai rien fait de spécial. Mais Vold... Euh Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom avait vraiment dû faire du monde un enfer.

Holly se surpris à ne plus pouvoir décrocher son regard de ce petit garçon. Elle vit sa gorge se nouer, pensait-il à ses parents décédés à cause d'une guerre ? Ses parents pensaient le contraire de ce qu'il disait... Elle ne savait pas quoi dire de plus, mais il ne fallait pas qu'il s'en aille. Une pensée pour Malefoy la traversa, il fallait qu'elle tienne sa promesse.

- Tu as entendu les rumeurs qui courent dans les couloirs ? questionna-t-elle.
- Il y en a tellement...
- On dit qu'un élève se ballade la nuit entre les classes de Poudlard, alors qu'on sait que c'est interdit, murmura Holly.

Harry la regarda, différentes émotions traversèrent son visage. Elle continua :

- J'aimerai tellement que ce soit moi. Se promener la nuit doit être magnifique, surtout dans cette école. Si ma meilleure amie était là, je suis sûre que nous l'aurions déjà fait, elle conclut sur un air pensif, perdue dans une rêverie lointaine.

- Certains ont déjà des soupçons...

Harry voulut se lever, mais il n'avait pas l'air d'oser. Il devait rester naturel. Holly souriait, elle lui lança un regard complice et ajouta :

- Si je devais commencer par interroger des élèves, je penserais d'abord aux jumeaux roux. Ils ont l'air de faire des mauvais coups. Mais je suis persuadée que ce n'est pas un premier année, ni un deuxième.

Harry parut soudain soulagé, et lui apprit qu'il connaissait les jumeaux dont elle parlait, et qu'ils avaient l'air d'être très drôles. Les yeux dans les yeux, naturellement et amicalement, ils se fixèrent un long moment, un sourire timide figé sur leurs lèvres. La nuit allait les envelopper quand ils se décidèrent enfin à rentrer.

- Au revoir Holly, à bientôt ! lança-t-il à la petite Poufsouffle.
- Au revoir Harry Potter, peut-être à demain, répondit-elle avec un sourire étincelant.

Ils se séparèrent, et elle retourna dans sa salle commune. Elle s'installa dans son lit, s'enroula dans sa couverture et ferma les yeux. Un nouveau monde l'encercla, tout était si terrifiant. Un serpent s'enroula autour de ses jambes, un froid glacial la dévora. Elle regardait autour d'elle mais ne voyait absolument rien. Elle essayait de se débattre, et une voix aiguë, froide prononça ces quelques mots :

- Les faibles et les impurs n'ont pas leur place dans notre monde.

Holly se réveilla en sursaut. Qui était-elle ? Elle n'avait aucune idée du passé de ses parents pendant la guerre, ni du camps dans lequel ils étaient, qui était le bien, qui était le mal ? Son corps tremblant, elle regarda autour d'elle, tout était calme. Les autres filles dormaient profondément. Holly n'arrivait pas à refermer les yeux, et pensa à cet élève qui avait le courage de sortir des murs du dortoir... Elle aurait voulu faire pareil, mais piégé par la peur, elle attendait le matin.



study Cliques ici pour laisser un commentaire !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum