Lettres ouvertes

Aller en bas

Lettres ouvertes

Message  Charlene Laila K. le Sam 3 Sep - 22:51

1. Lettre ouverte à mon cousin, Bryan. (Ecrit le 24 août 2011)

Bryan

Un soir d'août, tu es arrivé dans notre famille, ta soeur et nous, tes cousines étions, je l'imagine, heureuses. Je ne peux pas me prononcer puisque je n'avais que deux ans. Je me souviens de ta bouille d'ange qu'au travers de quelques photos prises durant ta courte vie. Trois mois plus tard, alors que tu dormais paisiblement dans les bras de Morphée, les anges t'ont accroché des ailes et tu t'en es allé avec eux. C'était un 31 octobre 1992. Depuis ce jour, il manque un petit homme dans cette famille. Jamais on nous a caché cet accident. Tu es parti par ce qu'on appelle "la mort subite du nourrisson". Cette mort dont on ne savait pas grand chose et qui aujourd'hui, je crois est encore ignorée de beaucoup de personne. Petite, je le savais qu'il me manquait quelque chose. J'ai grandi avec un petit vide en moi. Lorsque j'ai été en âge de comprendre, j'ai essayé de ne pas y penser, d'avancer comme je l'avais fait jusqu'à présent.

Cousin, tu as sauvé la vie de mon frère. Tu as permis qu'il s'en sorte, qu'il ne passe pas lui aussi par là. Tu sais, Maman a eu très peur lorsqu'il est arrivé au monde. Elle pensait que jamais elle ne pourrait plus s'occuper d'un bébé. ça a été dur pour elle, mais ça je ne l'ai su que l'année dernière. Ton cousin a fait un projet de biologie sur la cause de ta mort, car lui aussi aurait pu partir comme toi. Mais ta mort l'a sauvé. Il a eu cet appareil qui a permis à Maman de le ramener à la vie. Il y a un an, j'ai enfin osé poser ces questions que je gardais tout au fond de moi. J'ai su alors toute l'histoire. Ce fut douloureux. J'en ai pleuré des jours entiers. Je commençais à faire le deuil 18 ans après ta disparition.

Suite à cela, je me suis raccroché à l'écriture encore plus qu'au par-avant. Je me suis juré que si je perçais dans ce domaine, je te le dédierai. Je me suis juré de rester forte pour toi, pour ma famille et mes amis. Je sais que lorsque le doute s'empare de moi, c'est en regardant ton visage qui se reflète dans les étoiles que je retrouve la confiance qu'il me manque.

Cousin, tous ces je t'aime que je t'envoie sous forme de baisers, j'aimerais tant pouvoir te les dire en face, que tu sois là à me sourire. Parfois j'imagine le visage que tu aurais, mais je finis par me faire souffrir. Je ne t'oublie pas, Bryan, personne ne t'oublie ici, on vit juste avec ce manque. Attends-nous sur l'autre rive. On se retrouvera et on rattrapera toutes ces années de perdues...

Je finirai alors par un "merci". Tu as sauvé la vie de mon frère, tu m'as fait grandir en un an, tu m'as fait connaître la joie de se contenter de petites choses qui peuvent devenir si grandes. Tu seras toujours cette étoile qui me sers de repère. Cousin... Sache que je t'aime et que chaque jour, une pensée s'envole au paradis en espérant qu'elle te frôle comme la paume de ma main le ferait.


Dernière édition par Charlene K. le Sam 3 Sep - 23:09, édité 1 fois


_________________________________________________



« Tomber est permis ; se relever est ordonné. »
Proverbe russe

avatar
Charlene Laila K.
Administrateur
Administrateur

Messages : 1743
Date d'inscription : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Suisse

http://charlenek-officiel.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettres ouvertes

Message  Charlene Laila K. le Sam 3 Sep - 22:53

2. Lettre ouverte à Dieu (Ecrit le 26 août 2011)

Cher Dieu,

Ce soir, encore une fois, en écoutant Hillsong, je ressens le besoin de te parler au travers du don que tu m'as offert. Il y a maintenant plus de trois ans j'ai choisis le chemin que tu me proposais. Si je n'ai pas toujours su y rester, tu as su me montrer lorsque je me trompais, tu m'as envoyé les bonnes personnes au bon moment. Tu ne m'as jamais laissé tombée, même quand je pensais être seule durant ces trois ans, tu me tapais sur l'épaule genre « Hep, hep, je suis là, moi. ». Tu m'as prouvé tant de fois que tu existais, que je ne devais douter de toi car tu ne voulais que mon bonheur. J'ai osé te croire, j'ai osé avoir la certitude que tu es bien ce Dieu d'amour malgré les doutes que j'ai pu avoir. Croire, c'est savoir sans voir. Croire, c'est être convaincu sans preuves physiques. Croire, c'est sentir une présence sereine. Croire, c'est être capable de tout, sans vraiment s'en rendre compte. Croire, c'est trouver un moyen de dire bonjour au bonheur sans jamais lui dire adieu.

Des épreuves, tu en as permis dans ma vie. Dès mon plus jeune âge tu as permis que la mort reprenne mon cousin. Je ne sais quelle raison t'as poussé à accorder cela, mais je me doute que tu avais une « bonne raison ». Dans cette démarche d'accepter un tel acte, tu as aussi été d'un grand soutien. Tu as permis que toute mon enfance on se serve de moi, se moque. Je pensais que tu m'abandonnais. Mais jamais tu ne l'as fait. Lorsque mes forces s'épuisaient – mes forces humaines - je ressentais alors un sentiment que je ne peux décrire qui me redonnait la force de me lever.

Malgré tout, un matin du mois de mai... Je t'ai renié ! Je ne voulais plus de toi. D'abord mon cousin, ensuite ce camarade... Je ne voulais plus de toi dans ma vie. Quatre ans de ma vie à marcher dans l'obscurité. Je disais que tout allait bien alors qu'au fond de moi... j'avais un vide. Un vide si grand que j'essayais de le combler tant bien que mal. Jamais je n'ai réussi avant de te retrouver.

Voilà plus de trois ans que tu m'as touchée en plein cœur comme jamais personne ne l'avait fait avant toi. Tu n'as pas eu à parler, simplement à utiliser ce groupe de jeunes lors d'un sketch. Il aura fallu des gestes et un peu de musique, rien de plus. Les gens peuvent bien penser ce qu'ils veulent de tout ce que je serais capable pour toi, je m'en fiche. Je suis ce que je suis, je suis comme tu m'as créée. J'ai mes défauts et mes qualités.

Merci est un bien petit mot pour tout ce que tu as fais. Merci est trop faible pour te l'adresser tant tu m'as redonné ce sourire que j'avais perdu.

Un spécial merci à tous ces jeunes qui ce 25 avril m'ont ouvert les yeux. A cette soirée, vous avez simplement montré à une jeune fille que la vie vaut la peine d'être vécue et que ce Dieu ne veut pas nous la pourrir avec des règles ; Bien au contraire, il veut que nous nous amusions, que nous riions, chantons, dansons... etc. Vous m'avez prouvé que moi aussi j'avais ma place ici-bas.

Un grand merci à toutes ces personnes qui, un jour, m'ont mise à terre. Moi je peux dire que je me suis relevée, que la vie ne m'a toujours gâtée mais que j'ai toujours repris le dessus !


_________________________________________________



« Tomber est permis ; se relever est ordonné. »
Proverbe russe

avatar
Charlene Laila K.
Administrateur
Administrateur

Messages : 1743
Date d'inscription : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Suisse

http://charlenek-officiel.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettres ouvertes

Message  Charlene Laila K. le Lun 12 Sep - 15:47

3. Lettre ouverte à Dieu (2) (écrit le 19 juillet 2011)

Cher Dieu,

Ça peut paraître banal, voir fou de parler à une être qu’on ne voit pas. Quitte à passer pour une folle, c’est avec le don que tu m’as offert que je tenais à te dire ces quelques phrases…

Je me souviens de ce 25 avril 2008. Ce soir-là tu m’as heurtée en plein fouet. Ton amour m’a submergé, tes gestes m’ont émue aux larmes, ta présence m’a remplis de tendresse. Les larmes étaient prêtes à coulées, elles n’attendaient que le signale. Je me souviendrai à vie de ce moment dans ce sketch, où le visage d’Amélie s’en est allé pour que je voie le mien à sa place. Lorsque cette chaîne la retenait et qu’elle ne pouvait plus voir ta lumière. J’ai alors compris que je me trouvais dans une impasse, que j’étais sur un chemin dangereux, un chemin où ta main n’est pas là. Pas parce que tu refusais de me la tendre, mais parce que je me pensais plus forte sans toi. Mais comment ai-je pu croire un seul instant que ce que tu prévoyais pour moi n’était pas ce que je voulais ?

Quelques mois plus tard, me voilà devant une foule, moi de nature timide, j’allais faire mon tout premier témoignage. J’allais partager notre rencontre aux gens qui ne te connaissaient pas. Je ne savais ce que j’allais dire encore 10 secondes avant de prendre ce micro. Je me suis retrouvée devant ces visages – familiers pour la plupart – à tenir ce micro et ne pas savoir quoi dire. J’ai respiré un bol d’air et je me suis lancé. Je me rappelle avoir sentie un poids sur mon épaule droite au moment où je me suis écroulée en larmes en évoquant mes années sans toi. En regardant, je pue m’apercevoir que tu étais à mes côtés. Je ne t’ai pas vu de mes propres yeux, mais j’ai senti ta présence si précieuse à mes côtés. J’ai alors compris que tu serais à jamais là pour moi.

Ta présence, je la sens constamment à mes côtés. Parfois je demande à être seule, je ne veux pas parler aux gens ; certains pensent que je leur en veux, d’autres me laisse en paix car ils savent pourquoi je me retire seule avec ma musique. Ils savent que la plupart du temps, j’écoute ta parole, je risque de pleurer, mais que j’en ai besoin. J’ai un besoin constant de t’écouter. Ces derniers temps, je n’ai pas su te faire confiance. J’ai tellement douté de moi-même alors que tu m’envoyais tellement de signe pour me dire de m’accrocher.

Mardi, j’ai prié car j’avais peur d’avoir tout loupé. Je pensais devoir refaire une année. Mais tu as permis que j’obtienne ce diplôme pour avancer dans ma vie.

Seigneur, je ne te demande pas de me couvrir d’or, de me faire une vie sans aléas, de me procurer le bonheur sans plus jamais connaître le malheur… Non je ne te demanderai que deux choses en particulier…

Pardonne-moi & Apprends-moi à te faire confiance.


_________________________________________________



« Tomber est permis ; se relever est ordonné. »
Proverbe russe

avatar
Charlene Laila K.
Administrateur
Administrateur

Messages : 1743
Date d'inscription : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Suisse

http://charlenek-officiel.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettres ouvertes

Message  Charlene Laila K. le Mer 28 Mar - 21:11

4. Lettre ouverte à mes parents.

Chère Maman,
Cher Papa,

Depuis toute petite vous m'avez appris le respect et la valeur du pardon. Vous m'avez toujours comblé d'amour du mieux que vous le pouviez. Je n'ai pas toujours été la petite fille que vous souhaitiez mais cela ne vous a jamais empêcher de m'aimer telle que je suis. Je n'ai pas toujours été facile à vivre, il vous a fallu parfois redoubler d'effort pour que je rentre dans les rangs. Mon enfance a été bercée d'épreuves plus effrayantes les unes que les autres, mais en temps que parents, vous êtes toujours restés à mes côtés. Vous m'avez appris à parler, à marcher et même à rire, vous m'avez tout appris. Sans vous, je ne serai, premièrement pas de ce monde, mais deuxièmement jamais celle que je suis devenue.

Les années ont passées, je suis devenue une adolescente comme les autres, avec mes soucis, mes joies, mes peur, etc. Mais il y a une chose que je n'avais pas perdue depuis mon enfance : ma sensibilité. Celle qui me jouait tant de tours, celle qui m'avait tant de fois fait de mal. Je la voyais seulement comme un défaut. Le lien entre nous a été coupé, rompu. Je me suis éloignée de vous pour des raisons que j'ignore, l'adolescence, vous allez me dire. En devenant femme j'ai beaucoup appris sur moi, sur la famille, sur l'amour, sur l'amitié. Mais je me rend compte que je n'ai jamais beaucoup profité de votre présence.

En 2010, vous avez appris que j'écrivais. Vous ne saviez pas qu'en cachette, Jade et Jeff (Les héros du premiers roman) étaient nés. Vous ne pensiez pas qu'un jour je viendrais vous dire que je serai dans le magazine Girls! (J'avoue que je n'y pensais pas non plus) Vous voulez savoir ce que j'ai ressenti lorsque je vous ai vu tourner les pages du magazine pour lire mon chapitre ? J'en ai eu les larmes aux yeux. J'étais émue. Simplement émue de voir que mes parents étaient fiers de moi. Émue de voir que ma famille découvrait ma passion. Lorsque Maman a commencé à en parler autour d'elle, je voyais cette fierté dans ses yeux, elle brillait de mille feux. Cela m'a touché au plus profond de mon être. Aujourd'hui, je sais pourquoi je n'ai jamais perdue cette part de sensibilité... Je la prend comme une qualité et je l'utilise dans mes écrits.

Après tant d'années, je suis enfin devenue ce que je veux être. Je sais que je veux me donner les moyens d'écrire, d'être publier. Je ferai tout pour toucher ce rêve. Et ce jour-là, la fierté qui brillait dans vos yeux reviendra. Ce jour-là, je vous dédierai ces quelques pages fraîchement ficelées sous une magnifique couverture avec mon prénom dessus.

Je vous aimes.


_________________________________________________



« Tomber est permis ; se relever est ordonné. »
Proverbe russe

avatar
Charlene Laila K.
Administrateur
Administrateur

Messages : 1743
Date d'inscription : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Suisse

http://charlenek-officiel.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettres ouvertes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum